|

Entretien avec Serge Moscovici (1925-2014) - Recueilli en 2013 par le philosophe Floran Augagneur

Biodiversité ou nature ?

25 février 2016

De 2011 jusqu’à fin 2013, Floran Augagneur a mené des entretiens avec Serge Moscovici, dans le but d’écrire un livre sur son oeuvre, qu’il est en train de rédiger. Pour ce numéro de Vraiment durable, il nous a livré un article qu’on trouvera dans la rubrique « Philosophie durable », mais il a aussi accepté de nous confier un des entretiens, dans lequel Serge Moscovici évoque non seulement son cheminement, mais aussi son regard sur l’écologie politique d’aujourd’hui, la question de la science comme « savoir du sens commun », et finalement affirme que la « question naturelle » n’a plus grand-chose à voir avec l’écologie, car elle s’est coupée de la « dissidence », laquelle est du côté de la vie, et non du conservatisme. Il cite Grothendieck comme celui qui a, avant de se tourner vers l’écologie, réévalué la science, et on ne peut s’empêcher de rapprocher la proximité de leur disparition, Serge Moscovici le 15 novembre 2014, Grothendieck deux jours avant, nous privant de deux penseurs et savants qui ont posé la question de la nature et de sa destruction, dans des termes philosophiques dont la radicalité manque cruellement aujourd’hui.


Entretien avec Serge Moscovici (1925-2014) - Recueilli en 2013 par le philosophe Floran Augagneur
Biodiversité ou nature ?
25/02/2016
Entretien avec Hakima El Haité, ministre de l’Environnement du Maroc
Les passions d’une ministre engagée
24/02/2016
Entretien avec Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères
Regard sur la planète : écologiser le monde
29/11/2013
Entretien avec Éric Brac de La Perrière, Directeur général d'Eco-Emballages
Économie du recyclage, création et distribution de valeur(s)
25/11/2013
Entretien avec Patrick Viveret, philosophe
Enjeu politique et sociétal du « bien vivre »
07/11/2013
 
Voir toutes les actualités
> Dernier numéro paru

Vraiment Durable
6 Hiver 2014 - Printemps 2015

BIODIVERSITE OU NATURE ?

Au moment où va arriver en discussion au Parlement le projet de loi sur la biodiversité, cette livraison de la revue pose un problème crucial :La protection de la nature est-elle aujourd’hui remplacée par celle de la biodiversité ? C’est ce que suggèrent les évolutions des politiques publiques, sans toujours prendre en compte ce que révèle psychiquement et spirituellement pour la société ce renoncement implicite au terme de « nature », au moment historique où elle se dégrade et où l’urbanisation du monde la met en péril, sûrement !  Cynthia Fleury, Patrick Blandin, Gilles Boeuf, Gilles Hériard Dubreuil, Gérard Ruiz, Donato Bergandi et Dominique Martin Ferrari donnent leur éclairage sur cette évolution.

C’est Serge Moscovici, disparu le 15 novembre dernier, qui, dès 1970, a bien compris et explicité les rapports intimes du « naturel » et du « social », et la nécessité vitale de les conjuguer.Quelques mois après sa disparition, ce numéro de la revue lui rend hommage, avec la parution de l’un des derniers entretiens qu’il a accordés, et aussi une analyse passionnante par Floran Augagneur de son œuvre, intitulée : « La vie n’existe que là où il y a des hommes – Serge Moscovici : l’écologie ou la raison du peuple. »

La nouvelle ministre de l’Environnement du Maroc, pays qui accueillera  en 2016 la 22 ème conférence sur les changements climatiques après Paris, Hakima El Haité, qui achève avec dynamisme la première stratégie du développement durable du royaume alaouite, nous parle de sa conception de la nature et du développement durable.

Enfin, nous donnons, avec  des articles du regretté Yves Martin, une perspective historique au débat sur l’aspect incitatif ou punitif de la fiscalité écologique.

L’économie est présente comme toujours avec une illustration pratique par Gilles Vermot Desroches de la déclinaison d’un «  agenda positif » dans une entreprise.

Vraiment Durable évolue : une nouvelle rubrique fait son entrée dans la revue : L’observatoire géopolitique de la durabilité. Bastien Alex, chercheur à l’IRIS nous livre ses réflexions sur la sécurité à l’ère de l’anthropocène.