> Accès libre : les éditos et sommaires du Vraiment Durable

L’une de ces parutions vous intéresse ? Vous pouvez l’acheter à l’unité.
Adressez votre demande par e-mail à contact@victoires-editions.fr ou par téléphone au 01 53 45 89 01

Abonnez-vous (formulaire PDF) !



HIVER 2014 - PRINTEMPS (n°6) - Télécharger l’édito et le sommaire (pdf)

Connectez-vous pour télécharger l'ensemble de la revue au format pdf

BIODIVERSITE OU NATURE ?

Au moment où va arriver en discussion au Parlement le projet de loi sur la biodiversité, cette livraison de la revue pose un problème crucial :La protection de la nature est-elle aujourd’hui remplacée par celle de la biodiversité ? C’est ce que suggèrent les évolutions des politiques publiques, sans toujours prendre en compte ce que révèle psychiquement et spirituellement pour la société ce renoncement implicite au terme de « nature », au moment historique où elle se dégrade et où l’urbanisation du monde la met en péril, sûrement !  Cynthia Fleury, Patrick Blandin, Gilles Boeuf, Gilles Hériard Dubreuil, Gérard Ruiz, Donato Bergandi et Dominique Martin Ferrari donnent leur éclairage sur cette évolution.

C’est Serge Moscovici, disparu le 15 novembre dernier, qui, dès 1970, a bien compris et explicité les rapports intimes du « naturel » et du « social », et la nécessité vitale de les conjuguer.Quelques mois après sa disparition, ce numéro de la revue lui rend hommage, avec la parution de l’un des derniers entretiens qu’il a accordés, et aussi une analyse passionnante par Floran Augagneur de son œuvre, intitulée : « La vie n’existe que là où il y a des hommes – Serge Moscovici : l’écologie ou la raison du peuple. »

La nouvelle ministre de l’Environnement du Maroc, pays qui accueillera  en 2016 la 22 ème conférence sur les changements climatiques après Paris, Hakima El Haité, qui achève avec dynamisme la première stratégie du développement durable du royaume alaouite, nous parle de sa conception de la nature et du développement durable.

Enfin, nous donnons, avec  des articles du regretté Yves Martin, une perspective historique au débat sur l’aspect incitatif ou punitif de la fiscalité écologique.

L’économie est présente comme toujours avec une illustration pratique par Gilles Vermot Desroches de la déclinaison d’un «  agenda positif » dans une entreprise.

Vraiment Durable évolue : une nouvelle rubrique fait son entrée dans la revue : L’observatoire géopolitique de la durabilité. Bastien Alex, chercheur à l’IRIS nous livre ses réflexions sur la sécurité à l’ère de l’anthropocène.

 


AUTOMNE (n°4) - Télécharger l’édito et le sommaire (pdf)

Connectez-vous pour télécharger l'ensemble de la revue au format pdf

Quelles valeurs pour le développement durable ?

Carine Dartiguepeyrou - Georges Ribière - Pierre Ducret et Maria Scolan - Jean-Philippe Carisé - Patrick d’Humières - Elizabeth Pastore-Reiss

 

Le développement durable s’est construit, à l’occasion de la Conférence des Nation unies de Rio de Janeiro en 1992, sur des principes internationaux, puis nationaux, qui actualisaient les grandes valeurs humanistes consacrées par la Charte des Nations unies, en y adjoignant le droit à la préservation de l’environnement.

Mais ces valeurs du développement durable sontelles toujours les mêmes dans notre époque de crise, où le souci du long terme cède la place à la pression des réponses quotidiennes que décideurs et citoyens doivent apporter pour (sur)vivre ?

Jamais le discours sur les valeurs, avec la montée en puissance de la responsabilité sociale des entreprises (RSE), n’a été aussi partagé. Est-ce à dire pour autant que le respect des valeurs que sont la vie, humaine et naturelle, les droits de l’homme, le droit au bonheur, est pour autant en progrès ?

Ce numéro de la revue Vraiment durable s’attache à analyser si donner un prix à un bien tellement précieux qu’on le disait inestimable est le bon moyen de lui conserver sa valeur. Donner un prix au carbone permet-il de combattre l’effet de serre ? Donner une valeur monétaire à la biodiversité est-elle la
meilleure voie pour protéger la nature ? Le prix de l’eau reflète-t-il la valeur
de ce bien commun ?

« Créer de la valeur » est un nouvel impératif catégorique dont ce numéro essaie de dévoiler la part réelle d’éthique et la part d’instrumentalisation. Les valeurs du développement durable exigent que les estimations qui en sont faites dans la sphère économique servent le droit de vivre, et non la possibilité de survivre.


MARS (n°3) - Télécharger l’édito et le sommaire (pdf)

Connectez-vous pour télécharger l'ensemble de la revue au format pdf

Femmes et développement durable, quelle alliance ?


Bernard Deforge - Bettina Laville - Marie-Hélène Aubert - Geneviève Azam - Sylvie Brunel -Andrée-Anne Vézina


Les femmes, comme l’a suggéré il y a quelques années Alain Touraine, sont-elles l’avenir de la planète ? Quelle alliance entendent-elles sceller avec elle et quelle vision ont-elles du développement durable ?
Considèrent-elles qu’il soit la clé de la survie des humains sur la Terre ?
À l’occasion de la Conférence de l’ONU Rio+20 (juin 2012), de nombreuses femmes de tous pays ont défendu une vision exigeante et passionnée du développement durable, même si elles sont trop peu entendues et doivent encore se battre pour la reconnaissance de leurs droits humains.
C’est le rapport avec la nature qui s’est joué, sous les termes technocratiques d’une rencontre onusienne, dans cette conférence : nature à exploiter encore ? À sauvegarder peut-être ? À remodeler pour accueillir les bientôt neuf milliards d’habitants ? À adapter à nos modes de production et à nos désirs de consommation ? À parfois sanctuariser ? Au-delà des déceptions des résultats de cette conférence, des femmes et quelques hommes... illustrent dans cette troisième édition de la revue Vraiment durable une vision historique, prospective, philosophique de ce que pourraient être de nouvelles alliances possibles avec la planète.
Une sagesse planétaire est à inventer.


JUIN (n°2) - Télécharger l’édito et le sommaire (pdf)

Connectez-vous pour télécharger l'ensemble de la revue au format pdf

Quarante ans après la Conférence de Stockholm (1972) et vingt ans après celle de Rio (1992), la Conférence des Nations unies sur le développement durable, dite « Rio+20 », qui se tient du 20 au 22 juin 2012 au Brésil, sera-t-elle l’expression du cosmopolitisme ? À l’instar de Rio 1992, Rio+20 aura-t-elle un sens universel ? Pour répondre à ces questions – et en évoquant Serge Antoine, grand artisan des premières conférences sur l’environnement mondial –, des acteurs de ces conférences interprètent ici le cosmopolitisme – ou la cosmopolitisation : Ignacy Sachs , Brice Lalonde, Dominique Martin Ferrari, Serge Orru, François Gemenne, Raymond Van Ermen, Cynthia Fleury.


JANVIER (n°1) - Télécharger l’édito et le sommaire (pdf)

Connectez-vous pour télécharger l'ensemble de la revue au format pdf

À la veille du vingtième anniversaire de la Conférence de Rio, et après vingt-cinq ans de déclinaisons diverses du développement durable, il est fondamental de nourrir intellectuellement cette notion par des approches issues du monde de la philosophie, de la science, de la culture, de la création – autrement dit, de « penser le développement durable ». Cette revue scientifique se propose d’alimenter une réflexion pour donner au développement durable un contenu véritablement civilisationnel.

Avec notamment au sommaire dans ce numéro 1 :

Le développement durable : une pensée, une culture, une civilisation par Bettina Laville, directrice de la rédaction

Éclairer la route du développement durable, par Gilles Berhault, président du Comité 21

Entretien avec Daniel Cohn-Bendit : le développement durable, une utopie plausible

Des initiatives vraiment durables : Le « Club France RIO+20 » ; Manifeste pour une gouvernance territoriale durable, solidaire et humaine ; Contribution du Collectif RIO+20 en préparation du Sommet de Rio 2012

Et beaucoup d’autres réflexions sur le développement durable…


> Dernier numéro paru

Vraiment Durable
6 Hiver 2014 - Printemps 2015

BIODIVERSITE OU NATURE ?

Au moment où va arriver en discussion au Parlement le projet de loi sur la biodiversité, cette livraison de la revue pose un problème crucial :La protection de la nature est-elle aujourd’hui remplacée par celle de la biodiversité ? C’est ce que suggèrent les évolutions des politiques publiques, sans toujours prendre en compte ce que révèle psychiquement et spirituellement pour la société ce renoncement implicite au terme de « nature », au moment historique où elle se dégrade et où l’urbanisation du monde la met en péril, sûrement !  Cynthia Fleury, Patrick Blandin, Gilles Boeuf, Gilles Hériard Dubreuil, Gérard Ruiz, Donato Bergandi et Dominique Martin Ferrari donnent leur éclairage sur cette évolution.

C’est Serge Moscovici, disparu le 15 novembre dernier, qui, dès 1970, a bien compris et explicité les rapports intimes du « naturel » et du « social », et la nécessité vitale de les conjuguer.Quelques mois après sa disparition, ce numéro de la revue lui rend hommage, avec la parution de l’un des derniers entretiens qu’il a accordés, et aussi une analyse passionnante par Floran Augagneur de son œuvre, intitulée : « La vie n’existe que là où il y a des hommes – Serge Moscovici : l’écologie ou la raison du peuple. »

La nouvelle ministre de l’Environnement du Maroc, pays qui accueillera  en 2016 la 22 ème conférence sur les changements climatiques après Paris, Hakima El Haité, qui achève avec dynamisme la première stratégie du développement durable du royaume alaouite, nous parle de sa conception de la nature et du développement durable.

Enfin, nous donnons, avec  des articles du regretté Yves Martin, une perspective historique au débat sur l’aspect incitatif ou punitif de la fiscalité écologique.

L’économie est présente comme toujours avec une illustration pratique par Gilles Vermot Desroches de la déclinaison d’un «  agenda positif » dans une entreprise.

Vraiment Durable évolue : une nouvelle rubrique fait son entrée dans la revue : L’observatoire géopolitique de la durabilité. Bastien Alex, chercheur à l’IRIS nous livre ses réflexions sur la sécurité à l’ère de l’anthropocène.